CE QU’IL FAUT SURTOUT PAS FAIRE À L’ÉPICERIE

Posté dans Nutrition

Avez-vous déjà acheté de la nourriture lorsque vus aviez faim? Beaucoup de gens pensent que faire ses courses quand on a faim influence nos décisions d'achat de produits alimentaires. Une simple question de bon sens, n'est-ce pas?

Reproduit avec la permission du DailyHealthPost.com

Lorsque vous avez exceptionnellement faim, vous souhaitez généralement manger plus – inconsciemment ce désir peut se traduire par l'achat, soit de plus de nourriture que vous celle dont vous avez besoin, soit par l’achat de différents types d'aliments. De nombreux chercheurs ont examiné cette question.

Des études récentes ont ainsi étudié la relation entre l’état d'esprit du consommateur lors de l’achat de nourriture, les niveaux d’appétit et de la psychologie de l'achat de nourriture. Quelles sont les conclusions des scientifiques sur le comportement du consommateur qui fait ses achats alimentaires alors qu’il a déjà faim ?

Les acheteurs affamés achètent plus de calories

Une étude de 2013 a déterminé que les gens qui avaient faim recherchaient instinctivement à obtenir des aliments riches en calories, si ils ont le choix. Cette étude, menée par Amy Yaroch et Courtney Pinard, a trouvé que les individus d’un groupe ayant subit un jeûne de 18 heures avaient consommé près de 47% plus de calories que les personnes d'un groupe n’ayant pas fait de jeûne. En outre, les membres du groupe ayant jeuné étaient plus susceptibles de chercher à consommer des amidons plutôt que des légumes.

Une autre étude publiée dans le Journal of Internal Medicine, met en évidence le comportement des individus ayant faim lorsque ceux-ci sont dans un magasin offrant des aliments. Dans cette étude, les consommateurs ayant faim ne vont pas nécessairement acheter plus de nourriture, mais ils tendent à acheter des aliments ayant une teneur élevée en calories. Le principe est similaire à la recherche de Yaroch et Pinard. Lorsque les gens ont faim, ils évitent les aliments faibles en calories et choisissent des aliments riches en amidons et en glucides.

shopping_look_food


Mais attention, pas de conclusions hâtives! Tout peut dépendre de la composition corporelle

Bien que les chercheurs en médecine soulignent que la majorité des gens choisissent souvent des aliments plus riches en calories lorsqu’ils ont faim, les psychologues ont une approche différente. Une étude publiée dans Psychology & Behavior, a déterminé que la composition du corps joue un grand rôle dans la façon dont les gens gèrent la faim et dans la façon dont les gens déterminent les produits qu’ils décident d’acheter en magasin.

L'étude examine le comportement d’achat des produits alimentaires, en recourant à 198 sujet-tests et à un questionnaire. Cette étude a démontré qu’il y avait peu de rapport entre la faim déclarée par les individus de référence et les achats effectués. Cette étude a cependant mis en évidence que des gens d’un poids corporel différent ont un comportement d’achat différent lorsqu’ils déclarent avoir faim.

Selon l'étude, il y aurait des interactions significatives entre l'état de poids et la privation de nourriture lors des achats de nourriture. Les chercheurs ont trouvé une corrélation significative entre la faim et la quantité de nourriture acheté par les gens d’un poids normal. Les individus de poids normal ont ainsi acheté plus de nourriture lorsqu’ils avaient faim. Les personnes obèses ont au contraire acheté moins d’aliments. Les chercheurs ont ainsi expliqué que chez les sujets en surpoids, la quantité et le coût des produits alimentaires ont nettement diminué si la privation de nourriture était prolongée.

En guise de conclusion ...

Le principe répandu qu’il ne faut pas faire ses achats alimentaires lorsqu’on a faim n’est pas dépourvue de fondement. Les chercheurs constatent dans ce domaine que les gens ou les personnes ayant faim ou les personnes qui jeûnent prennent des décisions différentes en raison de leur état lors de l’achat de nourriture. La composition corporelle pourrait également jouer un rôle important dans la façon dont les décisions d'achat d'aliments sont faites.

D’une façon générale on ne peut que recommander d’être attentif à ses propres tendances d'achat alimentaires et les faire correspondre avec la faim perçue. La conclusion des recherches récentes est que nous sommes tous différents et que chacun nous avons tous des réactions psychologiques différentes aux sentiments de faim et de jeûne.

Posté dans Nutrition